Hydrogène de France (HDF), une ambitieuse société industrielle basée à Bordeaux, développe, finance et construit des centrales électriques RENEWSTABLE® à l’international. Ces centrales multi-mégawatts produisent de l’énergie renouvelable stable et sans interruption, jour et nuit, en associant un grand parc photovoltaïque ou éolien avec un stockage massif d’énergie sous forme d’hydrogène. Ces infrastructures industrielles, exploitables sur 20 ans, sont opérationnelles et économiquement compétitives sans subvention.

Le projet CEOG (Centrale Electrique de l’Ouest Guyanais), prévu à Mana, est une centrale RENEWSTABLE® qui alimentera en électricité propre et stable, de jour comme de nuit, l’équivalent de 10 000 foyers de l’ouest guyanais, sans aucune pollution ni logistique d’approvisionnement en carburant ou combustible. CEOG économisera l’équivalent de 39 000 tonnes de CO2 par an.

D’un montant de 90 M€, CEOG sera constituée d’un parc photovoltaïque de 55 MWc associé à une unité de stockage de 140 MWh, à base d’hydrogène. A ce titre, CEOG se présente aujourd’hui comme la plus grande centrale au monde à stocker les énergies renouvelables intermittentes, devant le projet de Tesla en Australie (129 MWh / batteries li-ion). CEOG produira 10 MW la journée jusqu’au soir et 3 MW la nuit, y compris lors des périodes peu ensoleillées.

Le dossier d’autorisation environnementale sera très bientôt déposé auprès de la DEAL. Après cette phase d’étude par les services de l’Etat, les travaux devraient démarrer fin 2019. La mise en service est programmée fin 2020.

Sylvain Charrier, Directeur du développement en Outre-Mer de HDF, était récemment en Guyane.

 

Comment est venue à HDF Energy l’idée de construire cette méga centrale solaire en Guyane ?

Sylvain Charrier nous répond : Le concept de centrale électrique RENEWSTABLE® mûrit depuis des années au sein de notre société. Nous avions trouvé les solutions qui rendaient viables économiquement une telle centrale. Comme nous sommes en train de réaliser une autre première mondiale en Martinique – une pile à combustible de 1 MW qui valorise l’hydrogène coproduit de la raffinerie de la SARA, mise en service début 2019 – nous étions déjà présents dans les Outre-mer. Et nous savions que la Guyane était structurellement sous équipée en moyens de production stables d’électricité.

Soulignons que CEOG n’est pas vraiment une centrale solaire ! Son service rendu est quasiment identique à une centrale conventionnelle au diésel : elle produit de l’électricité stable en permanence. Alors qu’une centrale solaire, ou éolienne, en est incapable.