Lors de la visite du Premier Ministre, du Ministre de la Santé et du Ministre des Outre-Mer en Guyane, la CCI Région Guyane, la CMARG, la CPME, le MEDEF, la FEDOMG, la FRBTP, les professions libérales réglementées et l’Ordre des Avocats ont présenté un cahier de 9 revendications pour faire face à l’urgence économique en Guyane.

 

Les représentants du Gouvernement ont acté les neuf points suivants :

1-Prorogation des mesures de soutien à l’économie et aux entreprises guyanaises jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire ;

 

2-Doublement du 1er volet du Fonds de Solidarité Entreprises (FSE) de 1 500 euros à 3 000 euros. Le nouveau montant s’applique à compter du 1er juillet 2020 ;

 

3-Le Fonds de Solidarité Entreprises (FSE) deuxième volet, de 10 000 euros, était soumis à la double condition d’avoir au moins un salarié et d’avoir essuyé un refus d’une banque à une demande de PGE (Prêt Garanti État). Ces deux conditions sont désormais supprimées ;

4-Moratoire sur les contrôles fiscaux, URSSAF et Dieccte jusqu’à la fin 2020 ;

 

5-Report du paiement des charges sociales (Part patronale) et fiscales jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire en Guyane ;

 

6-Mise en place d’une cellule pour accélérer le paiement de la commande publique et pour écourter les délais de paiement des marchés publics par les collectivités publiques, les intercommunalités et les hôpitaux ; 

 

7-Relance de la commande publique par le lancement rapide de nouveaux projets et nouveaux financements par l’Etat pour compenser les pertes des recettes fiscales des collectivités locales ;

 

8-Accélération des procédures d’instruction des autorisations administratives relevant des administrations de l’Etat ;

 

9-Maintien du nombre de vols actuels vers Paris et les Antilles et augmentation de leur nombre dès que l’état sanitaire le permettra.

La CCIRG mettra en place un dispositif mobile pour aller à la rencontre des entreprises dans les territoires afin de les aider à faire leurs demandes et de s’assurer auprès des administrations concernées de l’instruction de ces demandes.