Les vols aériens entre la Guyane, où la circulation de la Covid-19 reste active, et le reste du territoire français sont soumis à d’impérieuses conditions, selon un décret publié le samedi 11 juillet au Journal OfficielDès le samedi 18 juillet, un test PCR Covid 19 de moins de 72 heures sera indispensable pour tous les voyageurs quittant la Guyane ou pour ceux qui s’y rendent.

Les déplacements de personnes par transport public aérien sont désormais interdits entre la Guyane et l’Hexagone mais aussi entre la Guyane et les Antilles sauf s’ils sont fondés sur un motif impérieux :

d’ordre personnel ou familial,

un motif de santé,

ou un motif professionnel.

A quoi les voyageurs doivent ajouter une déclaration sur l’honneur et, à partir du samedi 18 juillet, un test virologique devra être effectué 72 heures avant le vol. En effet, ce test PCR Covid 19 de moins de 72h sera obligatoire pour tous les voyageurs au départ et à destination de Cayenne.

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé jusqu’au 30 octobre en Guyane et à Mayotte. Le reste du territoire est sorti vendredi soir de ce régime d’exception qui était en vigueur depuis le 24 mars. Mais des possibles restrictions des libertés restent possibles jusqu’à la fin de l’année.

Le Premier ministre Jean Castex est attendu dimanche en Guyane, particulièrement touchée par le coronavirus, pour une visite express d’une journée centrée essentiellement sur les questions sanitaires.

Sa visite suit celle de l’ex-ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, fin juin, venue avec des renforts sanitaires. Annick Girardin avait alors lancé un appel à la solidarité nationale pour faire venir plus de soignants, estimant qu’il fallait au total 300 renforts supplémentaires, pour faire face à l’épidémie, et notamment pour augmenter le nombre de lits en réanimation.

Plus d’une centaine de membres de la réserve sanitaire sont déjà sur place, et des renforts du service de santé des armées étaient annoncés pour vendredi.

Un hôpital de campagne de la sécurité civile a aussi été installé au Centre Hospitalier de Cayenne pour accueillir des patients non Covid.

Plusieurs évacuations sanitaires de malades ont été réalisées vers la Guadeloupe et La Martinique, mais le manque de places dans les hôpitaux antillais commence à se faire sentir, a indiqué jeudi la directrice de l’ARS Clara de Bort lors d’un point presse. Des évacuations sanitaires pourraient être organisées vers l’Hexagone.

La Guyane, territoire grand comme le Portugal, compte trois hôpitaux déjà mobilisés pour des patients victimes de la leptospirose ou de la dengue. Ces hôpitaux, les centres hospitaliers de Cayenne, de Kourou et de l’ouest guyanais, ont déclenché, le week-end dernier, leurs plans blancs respectifs.

Décret sur les vols aériens entre la Guyane et le reste du territoire de la République

Décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures générales